Jeu et théorie du Duende – LORCA

Page en construction

Jeu et théorie du Duende de Federico García Lorca
Adaptation, traduction et interprétation de Dolores Lago Azqueta
Assistée par Mario Tomás López, réflechisseur.

Spectacle monté avec le soutien de « Les Anciennes Cuisines » – Fabrique artistique de Ville Évrard, et le Théâtre de l’Épée de Bois – Cartoucherie, Paris.

 

Mais qu’est-ce que le Duende ?

« Dans toutes ses acceptions le Duende est insaisissable, Lorca ne le définit jamais et l’on ne peut pas le traduire. Pour le montrer, le poète échafaude une
théorie générale de l’art. » – Line Amselem, traductrice pour les Éditions Allia

« Pour chercher le Duende, il n’y a ni carte, ni ascèse. On sait seulement qu’il brûle le sang comme un topique d’éclats de verre, qu’il épuise, qu’il refuse toute
la douce géométrie apprise, qu’il brise les styles, qu’il s’appuie sur la douleur humaine privée de consolation […] » – Federico García Lorca

« Jeu et théorie du Duende » est une conférence donnée par Lorca en 1933 et 1934 à Buenos Aires et Montevideo. Nous avons trouvé dans ce texte une leçon forte sur la vie, sur l’art, sur le théâtre.
Le Duende se laisse ici entrevoir à travers l’imagier poétique de Lorca et les évocations de tous les grands artistes auxquels il fait appel : Bach, Goya, Nietzsche, Manuel Torres, Goethe, le Greco, Zurbarán, Sainte Thèrese d’Avila… puis ceux que nous avons pris la liberté d’inviter : la tía Anica la Piriñaca, le coeur de voix graves de Madrid, Cristina García Rodero…
Grâce à ce cœur d’immenses artistes, orchestré par Lorca, une porte s’ouvre qui permet de saisir certains mystères, pourtant présents de manière évidente, même si subtile, dans la vie de chacun, chaque jour.
Ce texte nous rappelle l’importance de ce qui relève de l’intuition, du tellurique, de l’irrationnel, du sang.

« Le Duende vient de la terre ; il remonte par-dedans, depuis la plante des pieds ».

Le Duende pénètre et blesse. Pour créer, l’artiste doit se battre avec lui, se tenir en équilibre entre la « très vieille culture » et la « création en acte » et là, s’ouvrir pleinement, lâcher son savoir faire et accueillir la possibilité de mort pour que son art soit vivant.
Nous retrouvons dans ce texte un mystère profondément espagnol ; pourtant, le Duende existe partout, on lui donne dans chaque culture un nom différent, des fois on ne le nome pas, mais tous savent reconnaître, en entendant ce merveilleux discours, l’endroit d’où naît ce qui fait la substance de l’Art.
Il s’agit d’un voyage qui permet, finalement, de partager un instant d’émotion et poésie, simple, nue, crue, aussi délicate que terrienne… et de saisir peut-être ce Duende qui accompagne chacun à différents moments de sa vie.

 

Jouer au plus près des spectateurs- notre théâtre « en intimité »

« Jeu et théorie du Duende » est un spectacle de 1h spécialement conçu pour être joué dans de petits lieux, au plus près des spectateurs (petites salles de théâtre, appartements, centres culturels, médiathèques, jardins, librairies…).
Un enfant demande « Mais, Madame, c’est quoi l’expression de l’art ? » (c’est le thème que le centre de loisirs à choisi de développer cette année). « Madame » répond, comme elle peut, que l’art n’est autre chose que la conséquence de la nécessité que l’on ressent, à un moment donné, d’exprimer quelque chose qui a pour nous une grande importance… que nous allons exprimer cette chose comme on peut, chacun selon ses propres moyens et plaisirs : par un mouvement, un chant, un dessin, des mots, des sons… et que ce sont là les différentes expressions de l’art…
Et voilà que, encore une fois, la question d’un enfant nous ramène à l’essentiel de notre pratique : communiquer ce qu’il nous est nécessaire d’exprimer.

« Et cette lutte pour l’expression, et pour la communication de l’expression, acquiert quelquefois en poésie un caractère mortel »

Il nous semble que jouer dans la plus grande simplicité, soucieux seulement de ce mouvement de transmission, près de vous, chez vous, nous rapproche de l’essentiel du théâtre.